REVUE DE PRESSE

«L'auteur insiste sur l'amour et la tendresse qui unissaient les deux frères: "Ils vivaient comme un vieux couple, à la différence près qu'ils (...) se partageaient la même femme".»

Pierre Deshusses, LE MONDE

Voir

 

«Et c’est aussi parce que Sulzer connaît «ces efforts et ces dépenses de cervelle» et tend lui-même «vers une perfection» qu’il signe ici son plus beau livre, trouvant dans le caractère de Jules et d’Edmond l’écho familier de ses peurs, de ses troubles, de son ambition.»

Didier Jacob, L'OBS

Voir

«Alain Claude Sulzer érige un unique et magnifique tombeau littéraire aux deux frères.»

Alice Develey, FIGARO

Voir

«Alain Claude Sulzer compte parmi les plus grands noms de la littérature européenne contemporaine.»

Pierre Deshusses, LE MONDE DES LIVRES

 

«C’est avec une méticuleuse attention, avec, si l’on ose l’oxymore, une empathie cruelle qu’Alain Claude Sulzer va suivre, jour après jour, minute après minute, quasiment, lors de l’agonie, ce qui constitue avant tout l’éloignement fatal, la séparation désespérante entre ces « vieux garçons » qui furent, leur vie durant, des frères aimants et complices, une sorte de couple idéal, dans la vie quotidienne comme dans la création artistique.» 

Thierry Cecille, LE MATRICULE DES ANGES

 

«C’est à travers Rose, entrée au service de leur mère en 1837, puis au leur, que les fait revivre ce livre très vivant et d'une écriture tout à fait plaisante. Ils s'attachèrent à elle jusqu'à sa mort, au point d'en faire l'héroïne de leur roman, Germine Lacerteux.» 

L'AVENIR

 

«2022 marque le bicentenaire de la naissance du frère aîné, Edmond de Goncourt. L'occasion d'en savoir davantage sur la vie de ces deux figures importantes et reconnues dans le paysage littéraire français.» 

 L'ÉCHO DE BROU

 

«Variation fictionnelle, romanesque et naturaliste du Journal  des frères Goncourt, Les vieux garçons suit leurs vies intimes, leurs parcours d'auteurs, dissèque leurs œuvres, la relation qu'ils entretiennent ensemble et avec celle qui les a élevés, leur nourrice Rose, personnage sulfureux et mystérieux qui n'est pas celle qu'ils pensaient connaître.»

ACTUALITTÉ

 

«Les dernières pages arrachent les larmes. Alain Claude Sulzer érige un unique et magnifique tombeau littéraire aux deux frères.»

Alice Develey, LE FIGARO

 

«Ce roman cruel visite les tréfonds de l'âme humaine avec délectation sans jamais céder à la facilité. Et surtout, en se penchant avec bienveillance sur ses personnages, il redonne aux deux frères liés par le serment de ne jamais se marier pour rester ensemble une épaisseur historique et littéraire.»

Gaspard Iris, TÉLÉ Z